Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Section CFTCgc

Restructuration  Réorganisation

Deux mots, un objectif commun, une cause identique, générateur de même maux, mais ils sont si différents pour une direction.

Ces Deux mots ont un objectif commun, la rentabilité.

ilsment la peur de la perte de l'emploi, l'inquiétude du devenir du salarié, la dégradation du climat social, la surcharge de travail pour compenser les départs non remplacés, des nouveaux défis et objectifs, de la mobilité. Pour l'entreprise, se rendre plus rentable financièrement, avant de ne plus l'être. se loger une épine sous le pied, en réduisant son effectif, multipliant les taches et surcharges de travail aux salariés motivés multipliant les TMS, RPS, AM,(Troubles musculo-squelettiques, risques psycho sociaux, arrêt maladie) dont l'issu sont la démission, l'invalidité, l'inaptitude, le suicide.

La restructuration : la stratégie est claire toute l'entreprise va vers un bouleversement et personne ne sera épargnée c'est les pieds dans le plat on éclabousse à tout vas mais proprement ça donne bonne conscience,aux haut responsables sauvant leur propre situation par l'occasion, mais médiatiquement c'est salissant, humainement l'entreprise utilise le bouclier magique "affichons une politique d'accompagnement" l'entreprise qui produit des biens ou des services se met à produire des chômeurs, les coupables sont désignés d'office, la conjoncture, les charges, le gouvernement, l'entreprise, doit garder sa compétitivité. cette stratégie est utilisée par les très grandes entreprises elle sera à éviter pour une PME.

La réorganisation: Enfin une fine stratégie idéale pour la PME rattachée à un groupe ! petit à petit l'oiseau fait son nid, c'est une division de la restructuration. La première cible, un petit service de l'entreprise, pas de plan social,moins de neuf salariés, la direction informe longtemps en avance(6mois) pour bien laisser l'angoisse et l'inquiétude affaiblir le salarié ciblé et le conduire à la solution envisagée tout en le laissant croire à son propre choix.. Du départ anticipé faiblement indemnisé, à la mobilité tout en passant par l'ultime rupture conventionnelle légèrement indemnisée pour compenser le temps de carence de l'indemnité journalière au retour à l'emploi sans parler de la période mise au placard pour les plus récalcitrants évitant ainsi le licenciement économique. il ne reste plus qu'a passer à l'étape suivante faire un bilan des salariés que l'on a manipulés , ceux qui sont restés, les représentants du personnel qui ont été manipulés, ceux qui ont coopéré, ceux qui font obstructions, réajuster sa stratégie et passer a un autre service.

la machine à broyer de l'humain est en marche.

restons objectif : c'est pour le bien de l'entreprise, les salariés qui ne restent pas ce sont des maillons faible, des freins à la croissance de l'entreprise.voila la douce pensée d'un manager (pourtant salarié) convaincu et bien formaté qui n’échappera pas aux conséquences de la machine. Comme pour les écoles la signalisation devrait nous prévenir DANGER ÉCOLE ! DANGER LE TRAVAIL REND C..!

Face aux réorganisations les salariés sont de plus en plus fragilisés, déstabilisés. La souffrance s'installe petit à petit au travail, encouragée par la déshumanisation.

il n'y a pas de salariés plus fragile que d'autres ! ceux sont nos conditions de travail qui nous conduisent à ces maux, en un temps propre à chacun.

Selon l'institut de veille sanitaire, en France 1/4 des hommes 1/3 des femmes souffrent de détresses psychique liées à leur travail, tous les secteurs d'activité toutes les professions sont touchés. vous pouvez consulter leurs résultats en format pdf sur le site internet http://www.invs.sante.fr/.

44 cellules spécialisées dans la souffrance au travail se sont ouvertes dans les grandes villes de France.vous pouvez les suivre sur un réseau social ou sur internet http://www.souffrance-et-travail.com.

L'objectif de la rentabilité financière immédiate, pour satisfaire les actionnaires, porte atteinte à l'homme dans son travail, en le réduisant à un facteur de production, une machine qui ne saurait avoir ni besoin ni conscience.

La strategie utilisée est très large car c'est un ensemble de petits changements qui conduisent le salarié dans cet état à son insu. l'entreprise continue sa compétitivité car elle s'est construite une régénérescence basée sur le temps de rentabilité maximum d'un salarié à un poste dont elle mesure l’état par des procédures (comme les objectifs individuels, adopter des valeurs de l'entreprise qui est une société anonyme et non les vôtres.)

Une solution

En 20 ans beaucoup de métiers se sont éteints, c'est maintenant que de nouvelles professions doivent naitre, numérique, robotique, prestation intellectuelle, service, les longues carrières en entreprise sont devenues nuisible à l'homme qui aime le travail de qualité et bien fait .

Nous devons nous préparer à réagir autrement en construisant un nouveau contrat social avec des droits rattachés à l'individu, plus de formations pour changer de métier ou de poste. Les Temps moderne version point 2 est enclenché. Certaines entreprises ont vite compris le risque de produire des déchets humains provoqué par cette stratégie mais le temps qu'un nouveau manager arrive avec ses dents longues ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article